NOS ACTIONS DANS LE MONDE

ECPM SUR LE TERRAIN

Pour porter la cause abolitionniste le plus loin possible, ECPM développe des actions dans de nombreux pays. Celles-ci s’articulent autour de quatre axes essentiels. Le premier, Fédérer, consiste à identifier les acteurs engagés contre la peine de mort et à leur permettre d’unir leurs forces. Renforcer, le deuxième axe, vise à accompagner ces acteurs dans leur combat contre la peine capitale en apportant un appui qui peut être stratégique, financier, logistique… Autant d’efforts qui nourrissent le troisième axe : Plaidoyer. Celui-ci consiste à organiser des rendez-vous politiques de haut niveau, à créer des campagnes de sensibilisation, à mettre en place des événements récurrents contre la peine de mort… Enfin, l’axe Éduquer s’intéresse particulièrement à la sensibilisation citoyenne en milieu scolaire. Grâce à son implication sur le terrain, ECPM a développé une véritable expertise des différents freins à l’abolition qui peuvent subsister dans des contextes nationaux variés.




Depuis 2007, ECPM s’engage au Maroc en partenariat avec la Coalition marocaine contre la peine de mort, l’Organisation marocaine des droits humains (OMDH), le Réseau parlementaire contre la peine de mort et le Réseau des avocats contre la peine de mort.

De 2011 à 2016, ECPM a coordonné le projet Vers une abolition progressive de la peine de mort au Maroc avec le soutien de l’Union européenne, de l’Agence française de développement, de la Fondation de France et de la région Île-de-France.

Depuis 2017, ECPM coordonne le projet Accompagner les acteurs locaux vers l’abolition de la peine de mort en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, avec le soutien de l’Agence française de développement, de la Norvège, de la Suisse, de la délégation de l’Union Européenne au Maroc et de la fondation de France.

Plus d’informations sur la peine de mort en Afrique du Nord sont accessibles ici.


FÉDÉRER

– En faisant travailler ensemble les acteurs associatifs, politiques, parlementaires, médiatiques et juridiques ;

– En accompagnant la Coalition marocaine contre la peine de mort (qui regroupe onze associations) ;

– En soutenant le Réseau de parlementaires contre la peine de mort au Maroc ;

– En appuyant le Réseau des avocats contre la peine de mort au Maroc, en favorisant les échanges d’expertise et la production d’outils.

– En favorisant l’émergence d’un réseau abolitionniste maghrébin.

RENFORCER

– En consolidant la structure organisationnelle de la Coalition marocaine contre la peine de mort et en organisant des rencontres dédiées au développement d’activités stratégiques ;

– En effectuant un accompagnement stratégique du Réseau des parlementaires (séances de formation, création d’outils de sensibilisation…).


CONCRÈTEMENT


En 2016, ECPM a soutenu l’organisation de l’assemblée générale de la Coalition marocaine contre la peine de mort, organisée à Rabat les 22-23 juillet en présence de 150 personnes. L’association a également facilité la structuration de sept antennes régionales et organisé trois ateliers de formation auprès des ONG, des avocats et des parlementaires.

PLAIDOYER

– En menant des campagnes au niveau national et international ;

– En soutenant l’élaboration d’une proposition de loi élaborée par les membres du Réseau parlementaire, organisant des ateliers de sensibilisation au sein du Parlement et publiant des outils de plaidoyer ;

– En menant, avec ses partenaires, des enquêtes dans les prisons afin d’analyser les conditions de détention des condamnés à mort au regard des normes internationales et d’inciter les autorités à davantage de transparence ;

– En facilitant la présence des acteurs marocains au sein des instances onusiennes ;

– En veillant au respect des engagements pris par le Maroc lors de l’Examen périodique universel (EPU), mécanisme utilisé par le Conseil des droits de l’homme (CDH). À cette occasion, l’association produit des rapports alternatifs et organise des événements parallèles au sein des Nations unies, à Genève.


CONCRÈTEMENT


En 2016, ECPM a organisé plusieurs événements parallèles aux Nations unies à Genève et à New York traitant de la résolution relative à l’application d’un moratoire universel et du Deuxième protocole facultatif se rapportant au Pacte international relatif aux droits civils et politiques (OP2). En collaboration avec ses partenaires, ECPM a mené quinze rendez-vous politiques de haut niveau et organisé plusieurs séances de travail au Maroc avec les diplomaties impliquées dans le mouvement abolitionniste international.

ÉDUQUER

– En développant un programme pédagogique auprès des jeunes collégiens et lycéens marocains. À travers l’organisation d’interventions dans les établissements scolaires, ce programme favorise les rencontres avec des personnalités abolitionnistes et des témoins incarnant l’horreur de la peine capitale ;

– En créant des outils pédagogiques et ludiques (guides pédagogiques, jeux de société, expositions, bandes dessinées) adaptés au contexte politique et culturel marocain ;

– En facilitant la participation des jeunes marocains aux concours internationaux qu’elle organise (concours de dessin, concours de plaidoirie, etc.) ;

– En proposant des forums régionaux rassemblant les jeunes de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (Mona) ;

– En sensibilisant le grand public via des propositions culturelles : expositions d’œuvres contre la peine de mort, festivals de films, représentations théâtrales. Un travail est particulièrement consacré à l’argumentaire abolitionniste dans le contexte marocain à l’occasion de débats publics, pour rappeler que la peine de mort n’est pas dissuasive et n’a aucune véritable justification religieuse.


CONCRÈTEMENT


En 2016, ECPM et l’Organisation marocaine des droits humains (OMDH) ont sensibilisé près de 1 300 élèves, répartis dans sept villes du pays. Les deux associations ont publié une bande dessinée trilingue traitant des conditions de détention des condamnés à mort au Maroc et en Tunisie et créé un guide pédagogique à destination des enseignants. En 2015, ECPM a organisé le premier festival de films sur la peine de mort au cinéma « Le 7e art » de Rabat, sensibilisant ainsi près de 800 personnes.

Depuis 2011, ECPM s’engage en Tunisie en partenariat avec la Coalition tunisienne contre la peine de mort (CTCPM).

Depuis 2017, ECPM coordonne le projet Accompagner les acteurs locaux vers l’abolition de la peine de mort en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, avec le soutien de l’Agence française de développement, de la Norvège, de la Suisse, de la délégation de l’Union Européenne au Maroc et de la fondation de France.

Plus d’informations sur la peine de mort en Afrique du Nord sont accessibles ici.




FÉDÉRER

– En soutenant la création et l’animation des réseaux abolitionnistes en Tunisie. Ainsi ECPM favorise la rencontre d’acteurs variés : ONG, avocats, médecins, journalistes… ;

– En favorisant l’implication de la CTCPM au sein du réseau abolitionniste maghrébin, à travers l’échange de bonnes pratiques.


CONCRÈTEMENT


En 2015, ECPM a soutenu la création d’un réseau de dix parlementaires tunisiens. ECPM a permis la participation d’une très forte délégation tunisienne au 6e Congrès mondial contre la peine de mort, organisé à Oslo, en juin 2016.

RENFORCER

– En accompagnant la CTCPM sur le plan structurel et stratégique, dans le but d’élargir le nombre de ses adhérents et de lui permettre d’être présente sur l’ensemble du territoire ;

– En organisant les assemblées générales de la CTCPM, en organisant des séances de formation pour ses membres et en développant des outils de communication.


CONCRÈTEMENT


En 2015, ECPM a soutenu l’organisation de la deuxième assemblée générale de la CTCPM qui a élu son nouveau comité directeur, présidé par Chokri Latif.

PLAIDOYER

– En menant des campagnes de plaidoyer en faveur de l’abolition au niveau national et international ;

– En cherchant à favoriser une réforme en profondeur du système pénal, à travers l’organisation d’atelier de sensibilisation et de rendez-vous politiques ;

– En développant une campagne relative à la situation des condamnés à mort tunisiens ;

– En facilitant la présence des acteurs tunisiens au sein des instances internationales et en les associant aux campagnes menées en faveur de la résolution de l’Onu relative à l’application d’un moratoire universel sur les exécutions, du Deuxième protocole facultatif se rapportant au Pacte international relatif aux droits civils et politiques (OP2) ;

– En veillant, via la production d’un rapport et l’organisation d’événements parallèles à l’Onu, à Genève, au respect des engagements pris par la Tunisie lors de l’Examen périodique universel (EPU), mécanisme utilisé par le conseil des droits de l’homme (CDH).


CONCRÈTEMENT


En 2015, ECPM et la CTCPM ont organisé une conférence nationale sur l’abolition de la peine de mort dans le but d’alimenter le débat public. En 2016, l’association a organisé un événement parallèle aux Nations unies (New York), en partenariat avec la mission tunisienne, afin de promouvoir la résolution de l’Onu relative à l’application d’un moratoire universel sur les exécutions.

ÉDUQUER

– En développant un programme pédagogique auprès des jeunes collégiens et lycéens tunisiens. À travers l’organisation d’interventions dans les établissements scolaires, ce programme favorise les rencontres avec des personnalités abolitionnistes et des témoins incarnant l’horreur de la peine capitale ;

– En créant des outils pédagogiques et ludiques (guides pédagogiques, jeux de société, expositions, bandes dessinées) adaptés au contexte politique et culturel tunisien ;

– En facilitant la participation des jeunes Tunisiens aux concours internationaux qu’elle organise (concours de dessin) ;

– En proposant des séminaires et conférences de sensibilisation à la cause ;

– En sensibilisant le grand public via des propositions culturelles : expositions d’œuvres contre la peine de mort, festivals de films, représentations théâtrales.

Depuis 2010, ECPM s’engage au Liban en partenariat avec la Coalition libanaise contre la peine de mort et l’association Justice et miséricorde (AJEM) et l’Association libanaise pour les droits civils (Lebanese Association for Civil Rights ou LACR).

Depuis 2017, ECPM coordonne le projet Accompagner les acteurs locaux vers l’abolition de la peine de mort en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, avec le soutien de l’Agence française de développement, de la Norvège, de la Suisse, de la délégation de l’Union Européenne au Maroc et de la fondation de France.

Plus d’informations sur la peine de mort en Afrique du Nord sont accessibles ici.




FÉDÉRER

– En permettant à la Coalition libanaise de participer aux principaux événements abolitionnistes internationaux ;

– En travaillant à la mise sur pied d’un Réseau parlementaire libanais contre la peine de mort en partenariat avec les membres de l’Action mondiale contre la peine de mort.


CONCRÈTEMENT


En 2016, ECPM a facilité la participation d’une forte délégation libanaise au 6e Congrès mondial contre la peine de mort organisé à Oslo et à l’assemblée générale de la Coalition marocaine contre la peine de mort organisé à Rabat. ECPM a également permis à plusieurs parlementaires libanais de prendre part à des séances de formation régionales organisées au Maroc.

RENFORCER

– En accompagnant, sur le plan structurel et stratégique, la Coalition libanaise, dans le but d’élargir le nombre de ses adhérents et de lui permettre d’être présente sur l’ensemble du territoire national ;

– En soutenant l’organisation des assemblées générales de la Coalition libanaise, en organisant des séances de formation pour ses membres et en développant des outils de communication.

PLAIDOYER

– En plaidant pour une réforme du Code pénal et en promouvant des instruments internationaux comme la résolution pour un moratoire sur les exécutions de l’Onu et le suivi des engagements pris par le pays lors de l’Examen périodique universel (EPU) ;

– En travaillant à la publication d’une mission d’enquête sur les réalités de la peine de mort au Liban.

ÉDUQUER

– En développant un programme pédagogique auprès des jeunes collégiens et lycéens tunisiens. En organisant des interventions dans les établissements scolaires, ce programme favorise les rencontres avec des personnalités abolitionnistes et des témoins incarnant l’horreur de la peine capitale ;

– En facilitant la participation de jeunes Tunisiens aux concours internationaux qu’elle organise (concours de dessin, de plaidoirie…) ;

– En proposant des forums régionaux rassemblant les jeunes de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (Mona).

Depuis 2005, ECPM s’engage en RDC en partenariat avec la Coalition congolaise contre la peine de mort et l’association Culture pour la paix et la justice (CPJ).

Depuis 2017, ECPM coordonne le projet Accompagner les parlementaires, les institutions nationales et les organisations de la société civile en partenariat avec CPJ. Ce projet, co-financé par l’Union européenne et la Norvège, met notamment en avant le travail des différents réseaux abolitionnistes existant en RDC, tels que les que le réseaux des parlementaires, des avocats ou encore des magistrats contre la peine de mort.

Pour aller plus loin :
Vers l’abolition en Afrique Centrale (RDC et Cameroun)
Afrique, l’aboliton de la peine de mort en ligne de mire



FÉDÉRER

– En accompagnant la Coalition congolaise contre la peine de mort. Au niveau régional, une Coalition des grands lacs a d’ores et déjà été constituée, devenant récemment la Coalition d’Afrique centrale contre la peine de mort. Le réseau de parlementaires contre la peine de mort a, quant à lui, été initié le 10 octobre 2016.

RENFORCER

– En effectuant un accompagnement stratégique de la Coalition congolaise, en favorisant notamment les moments de rencontre et les assemblées générales.

PLAIDOYER

– En plaidant pour une réforme du Code pénal et de la Constitution, en promouvant des instruments internationaux tels que la résolution de l’Onu pour un moratoire universel sur l’application de la peine de mort et l’Examen périodique universel (EPU).

– En organisant régulièrement des visites dans les prisons et en appelant les autorités à plus de transparence en ce qui concerne ces enjeux. Une mission d’enquête, organisée en 2005 dans la région par ECPM, a donné lieu à un rapport qui a reçu le Prix des droits de l’homme.

ÉDUQUER

– En soutenant l’organisation de débats publics et d’interventions scolaires contre la peine de mort. Le concours de dessin pour l’abolition est suivi par un grand nombre d’établissements congolais.

ECPM a débuté ses actions au Cameroun en 2010 avec l’association Droits et paix, en l’impliquant notamment dans divers événements régionaux .

Depuis 2017, ECPM coordonne le projet Accompagner les parlementaires, les institutions nationales et les organisations de la société civile en partenariat avec Droits et paix. Ce projet, co-financé par l’Union européenne et la Norvège, met en avant notamment le travail du réseau des avocats camerounais contre la peine de mort (RACOPEM), crée en décembre 2016.

Pour aller plus loin :
Vers l’abolition en Afrique Centrale (RDC et Cameroun)
Afrique, l’aboliton de la peine de mort en ligne de mire
Synthèse EPU Cameroun
Séminaire EPU Cameroun



FÉDÉRER

– En soutenant la création d’un Réseau des avocats contre la peine de mort ;

– En incitant les acteurs abolitionnistes camerounais à former une coalition.

RENFORCER

ECPM effectue un travail d’accompagnement stratégique du Réseau des avocats. Des événements sont organisés pour favoriser l’échange de bonnes pratiques avec la coalition d’Afrique centrale, les formations d’avocats de d’ONG.

PLAIDOYER

– En soutenant une réforme du système pénal ainsi que l’Examen périodique universel (EPU) ;

– En assurant une veille d’information, spécialement sur la situation au nord du pays, alors que les attentats de Boko Haram ravivent la tentation de la peine de mort. ECPM appuie également l’organisation d’un observatoire des avocats sur cette région.

ÉDUQUER

ECPM soutient des interventions scolaires de sensibilisation aux droits de l’homme. De nombreux établissements participent notamment au concours de dessins pour l’abolition de la peine de mort. Des débats publics autour de cette question sont également organisés.

Depuis 2014, ECPM s’engage en Mauritanie en partenariat avec l’Association mauritanienne des droits de l’homme et l’association Rafah.

Depuis 2017, ECPM coordonne le projet Accompagner les acteurs locaux vers l’abolition de la peine de mort en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, avec le soutien de l’Agence française de développement, de la Norvège, de la Suisse, de la délégation de l’Union Européenne au Maroc et de la fondation de France.

Plus d’informations sur la peine de mort en Afrique du Nord sont accessibles ici.




FÉDÉRER

ECPM encourage la Coalition mauritanienne contre la peine de mort à s’élargir et à trouver de nouveaux membres.

PLAIDOYER

– En plaidant pour une réforme du Code pénal, en promouvant les instruments internationaux, comme la résolution pour un moratoire sur les exécutions et le suivi des engagements pris par le pays lors de l’Examen périodique universel (EPU).


CONCRÈTEMENT


En juillet 2016, ECPM a facilité l’organisation d’un atelier de sensibilisation sur le droit à la vie et la réforme pénale, en présence d’une cinquantaine de personnes.

PARTENAIRE ECPM :

En 2007, ECPM s’est engagé au Burundi en partenariat avec l’Action des chrétiens pour l’abolition de la torture au Burundi (Acat Burundi).



PLAIDOYER

De 2005 à 2007, ECPM a mené sa campagne « Afrique des grands lacs francophone », comportant les visites des couloirs de la mort de RDC et du Rwanda, ainsi qu’une mission d’enquête judiciaire au Burundi, avec l’Acat, et plus de soixante entretiens qualitatifs menés sous l’égide du sociologue Arnaud Gaillard.

PARTENAIRE ECPM :

En 2006, ECPM s’est engagé au Rwanda en partenariat avec le Collectif des ligues et associations de défense des droits de l’homme (CLADHO) au Rwanda.



PLAIDOYER

Au cours des mois de mai et juin 2006, une équipe de cinq enquêteurs, dirigés par la sociologue Maela Bégot, se sont rendus dans le couloir de la mort de la prison de Mpanga (province du Sud rwandais) où étaient détenus 167 des 814 condamnés à mort rwandais. Le rapport a été publié dans un ouvrage regroupant les missions effectuées en Afrique des grands lacs (RDC, Burundi).

Sous l’impulsion d’ECPM, le Rwanda est membre du Core group de soutien à la mobilisation diplomatique pour le Congrès mondial contre la peine de mort, organisé tous les trois ans par ECPM.

Depuis 2011, ECPM s’engage en Algérie en partenariat avec la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme (LADDH).

Depuis 2017, ECPM coordonne le projet Accompagner les acteurs locaux vers l’abolition de la peine de mort en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, avec le soutien de l’Agence française de développement, de la Norvège, de la Suisse, de la délégation de l’Union Européenne au Maroc et de la fondation de France.

Plus d’informations sur la peine de mort en Afrique du Nord sont accessibles ici.


FÉDÉRER

– En accompagnant les acteurs abolitionnistes algériens dans la formation d’une coalition nationale contre la peine de mort ;

– En facilitant les échanges d’expériences et les partages de bonnes pratiques avec les acteurs abolitionnistes au niveau régional et international.

CONCRÈTEMENT



ECPM a par exemple favorisé la participation d’une forte délégation algérienne au 6e Congrès mondial contre la peine de mort d’Oslo.

PARTENAIRES ECPM :

CADP et Solidarité Chine

Depuis 2007, ECPM s’engage en Chine en partenariat avec China Against the Death Penalty (CADP) et le collectif « Solidarité Chine ».



FÉDÉRER

– En encourageant les acteurs chinois de l’abolition à participer aux principaux événements internationaux sur la peine capitale, tels que le Congrès mondial contre la peine de mort.


CONCRÈTEMENT


En 2016, ECPM a facilité la participation de membres de China Against the Death Penalty (CADP) au 6e Congrès mondial contre la peine de mort.

PLAIDOYER

– En organisant une campagne pour rappeler la réalité de la peine de mort en Chine, à l’occasion des Jeux olympiques de Pékin en 2008 ;

– En obtenant l’interdiction de l’exposition Our Body mettant en scène des cadavres de condamnés à mort chinois ;

– En adhérant au comité Liu Xiaobo qui combat pour la libération du militant.

En 2016, Oslo a accueilli le 6e Congrès mondial contre la peine de mort.

PLAIDOYER

– En organisant, en 2012, un atelier sur l’abolition de la peine de mort en partenariat avec l’ambassade de France ;

– En encourageant les acteurs abolitionnistes irakiens à participer aux principaux événements internationaux sur la peine capitale, tels que le Congrès mondial contre la peine de mort.

PARTENAIRE ECPM :

SHAMS

ECPM s’engage en Palestine en partenariat avec Shams.



FÉDÉRER

Pour ECPM, chaque Congrès mondial est l’occasion d’inviter les acteurs abolitionnistes palestiniens.

PLAIDOYER

Parce que le cas est emblématique du dysfonctionnement de la justice américaine, ECPM réclame « Justice pour Hank » qui a été condamné à mort en 1995 par l’État du Texas pour un triple homicide qu’il a toujours nié avoir commis. Dans ce cadre, ECPM a lancé la campagne « Justice pour Hank Skinner » à la veille du 4e Congrès mondial contre la peine de mort (24-26 février 2010, à Genève) et en réaction à la date d’exécution de Hank Skinner, condamné à mort aux États-Unis, prévue initialement pour le 24 février 2010, la date de l’ouverture du Congrès. Sandrine Ageorges-Skinner, l’épouse de Hank Skinner, est devenue « le visage » de cet événement majeur des abolitionnistes du monde entier.

Désormais, ECPM relaie les actions du groupe de soutien de Hank Skinner qui se mobilise pour financer sa défense.
Pour plus d’information sur l’affaire : consulter le site, la page Facebook ou le compte Twitter.

En 2013, Madrid a accueilli le 5e Congrès mondial contre la peine de mort.

Bruxelles accueillera le 7e Congrès mondial contre la peine de mort du 27 février au 1er mars 2019.

PARTENAIRES ECPM :

CIFDAH, ACAT Burkina et Coalition du BF


PLAIDOYER

– En favorisant la rencontre d’acteurs variés (ONG, avocats, médecins, journalistes) pour que les réseaux de lutte contre la peine de mort se multiplient sur l’ensemble du pays


– En accompagnant les acteurs de la société civile dans son plaidoyer en faveur de l’abolition de la peine de mort 


– En sensibilisant les parlementaires à l’argumentaire abolitionniste


– En facilitant la présence d’acteurs du Burkina Faso lors des événements internationaux sur la peine de mort


CONCRÈTEMENT


ECPM a organisé le séminaire parlementaire sur l’abolition de la peine de mort en Afrique Francophone les 19 et 20 décembre 2016, en présence de parlementaires issus de 14 pays d’Afrique Francophones.


En partenariat avec le CIFDAH et la Coalition du Faso contre la peine de mort, ECPM a mené une campagne de plaidoyer auprès des autorités visant à instaurer l’abolition de la peine de mort dans la nouvelle constitution du Burkina Faso

PARTENAIRES ECPM :

ACAT Congo

Depuis 2015, ECPM est engagée au Congo en partenariat avec l’ACAT CONGO.



PLAIDOYER

– en facilitant la présence de nombreux acteurs congolais lors des événements internationaux sur la peine de mort


– en menant une campagne de plaidoyer auprès des autorités afin d’inscrire l’abolition dans la nouvelle constitution


– en menant une campagne ciblée sur la ratification par le Congo du 2ème Protocole facultatif se rapportant au pacte international relatif aux droits civils et politiques