Aller au contenu
Consulter
Nos rapports et analyses
Partager

Cameroun

Baromètre

En moratoire
Statut du pays
200+
Condamné(.e.s)
0
Exécution(s)
4
Condamnation(s)
Chiffres de l'année 2021. La dernière exécution au Cameroun date de 1997.

Nos partenaires sur le terrain

En 2010, ECPM se donne pour objectifs de fédérer les acteurs et actrices abolitionnistes camerounais·es et de soutenir le réseau des avocat·es contre la peine de mort. Des événements sont organisés afin de favoriser l’échange de bonnes pratiques avec la coalition d’Afrique centrale, les avocat·es et les ONG.

Conférence nationale pour la publication du rapport de la mission d’enquête (2019)


La situation des condamné·es à mort

Prisons vétustes où la surpopulation carcérale est endémique, conditions sanitaires déplorables et rations alimentaires minimales, les conditions de détention des personnes condamnées à mort au Cameroun sont relativement similaires à celles des autres détenu·es. Toutefois, leur condamnation à mort est un stigmate qui influe sur le traitement que leur réserve l’administration pénitentiaire et sur leurs relations avec les autres détenu·es. Fréquemment désigné·es comme responsables en cas de mutineries, d’évasions ou de revendications, ils et elles sont injustement envoyé·es au cachot, subissant de nombreuses privations. De plus, bien que l’accès aux soins des personnes condamnées à mort soit identique aux autres détenu·es, les craintes du personnel pénitentiaire les conduisent à leur refuser les soins extérieurs.

Parmi les condamné·es à mort interrogé·es dans le cadre de l’enquête menée par ECPM, Droits et Paix et le Réseau des avocats camerounais contre la peine de mort (RACOPEM) en 2019, la grande majorité a déclaré qu’elle avait été maltraitée pendant la phase d’enquête préliminaire. Selon la Commission de droits de l’Homme du Cameroun (CDHC – anciennement connue sous CNDHL), le recours à la torture dans les lieux de détention camerounais est très répandu. 78 % des condamné·es à mort rencontrés ont affirmé avoir subi des menaces ou avoir été victimes de torture. Interdite de recevoir des visites et faute de moyens pour bénéficier d’un conseil juridique, la plupart des condamné·es à mort a été contrainte de reconnaître sa participation aux crimes pour avoir la vie sauve.

« Je n’ai pas eu le temps nécessaire pour préparer la défense de mon client. J’ai été désigné par le président du tribunal militaire dans le cadre de la commission d’office. Il m’a obligé à plaider l’affaire immédiatement. […] J’ai sollicité un renvoi pour rencontrer mon client et cela m’a été refusé, sous prétexte que la hiérarchie exigeait des résultats et qu’il fallait juger l’affaire rapidement. Je n’ai pas eu le temps d’examiner attentivement le procès-verbal d’enquête et d’échanger avec mon client. »

Avocat rencontré à Maroua, région de l’Extrême-Nord, pour la mission d’enquête « Condamnés à l’oubli » (2019)

Tous les rapports

Conditions de détention, Etat des lieux peine de mort
Condamnés à l’oubli : Mission d’enquête dans les couloirs de la mort, Cameroun
Jan 2019
Mécanismes de protection des droits de l'homme
Cameroun, 30e session du Groupe de travail sur l’EPU, Peine de mort
Mai 2018

Toutes les actualités

Événement
Qui sont les lauréat·es du 8e Congrès mondial contre la peine de mort ?
23 novembre 2022
Le 8e Congrès mondial contre la peine de mort fut aussi l’occasion de donner un coup de projecteur sur les acteurs de la société civile œuvrant en faveur de l’abolition universelle. ECPM, la Coalition mondiale contre la peine de mort et leurs partenaires ont souligné le travail exceptionnel d’organisations particulièrement…
logos partners
Sur le terrain
ECPM lance de nouveaux appels à petits projets en Malaisie et au Cameroun
15 mars 2022
Tribune / Edito
Au Cameroun, ECPM et son partenaire Droits et Paix forment les avocats
15 janvier 2022
Publication, Sur le terrain, Tribune / Edito
Cameroun : trois mineures condamnées à mort pour terrorisme après avoir fui Boko Haram font désormais face à un nouveau procès [Communiqué de presse]
25 juin 2020
Ce vendredi 26 juin, trois femmes risquent d’encourir une lourde peine de prison quand elles seront jugées pour espionnage. Elles avaient été condamnées à mort après avoir fui Boko Haram alors qu’elles étaient encore mineures. Toutes trois ont déjà passé plus de 5 ans en prison, dont deux avec de…
map
Événement, Sur le terrain
Un bilan réjouissant pour la 17e Journée mondiale contre la peine de mort
10 octobre 2019
Au crépuscule de la 17e Journée mondiale contre la peine de mort, ECPM revient sur les événements organisés avec ses partenaires aux quatre coins du monde pour militer ensemble pour l’abolition universelle. Et le bilan se veut réjouissant ! Pas moins de 3500 personnes touchées, la sortie d’une mission d’enquête en Indonésie,…
programme journée mondial contre la peine de mort Cameroun
Événement, Sur le terrain
Conférence nationale au Cameroun pour la Journée mondiale contre la peine de mort
09 octobre 2019
Le 10 octobre, l’Association Droits et Paix en partenariat avec ECPM célébrait la 17e Journée mondiale contre la peine de mort au Cameroun. Une conférence nationale, qui se tenait à l’hôtel Akena City de Douala, a permis au public d’échanger sur le thème de la peine de mort. Après la cérémonie officielle…
Publication
À Yaoundé, lancement de la première mission d’enquête sur les couloirs de la mort au Cameroun [communiqué de presse]
25 juin 2019
Yaoundé, Cameroun, 25 juin 2019 Le rapport « Condamnés à l’oubli. Mission d’enquête dans les couloirs de la mort au Cameroun » dont le lancement officiel s’est effectué le 21 juin au sein de Délégation de l’Union européenne de Yaoundé au Cameroun, est le fruit d’une mission d’enquête inédite, menée…