Aller au contenu

Condamnés à mort au levant

Depuis plusieurs années, des individus du monde entier sont partis par dizaine de milliers rejoindre les rangs de l’État islamique dans la région du Levant, en particulier en Syrie. La France est de loin le pays européen qui compte le plus de ressortissant·es parti·es au Levant. D’autres pays tels que les Pays-Bas, la Suède, l’Allemagne ou encore la Belgique et la Grande-Bretagne en comptent également un grand nombre. L’Irak fait partie des cinq États qui exécutent le plus au monde ; plus de 7900 personnes y seraient actuellement condamnées à mort, dont onze Français.

Illustration Ⓒ Jeanne Hirschberger

ECPM engagée pour le rapatriement des ressortissants

Début 2018, ECPM a adressé plusieurs courriers de plaidoyer et rencontré les autorités françaises avec pour principale revendication de demander à la France d’exprimer clairement et publiquement son opposition à l’application de la peine de mort en toutes circonstances et de mettre en œuvre ses obligations vis-à-vis du droit international. À partir de mars 2018, ECPM a diffusé plusieurs communiqués de presse et notes d’information faisant le point sur la situation des Français en Irak et sur la position des autorités françaises, revenant sur la condamnation de Français et d’Allemands ayant combattu au Levant. ECPM a également porté le plaidoyer devant le Conseil des droits de l’Homme des Nations unies à Genève en prononçant plusieurs interventions orales à ce sujet entre 2018 et aujourd’hui.

Utiliser contre les terroristes la peine de mort, c’est, pour une démocratie, faire siennes les valeurs de ces derniers.

Robert Badinter Président d’honneur d’ECPM

En 2019, lorsque 11 Français sont condamnés à mort en Irak, ECPM lance une campagne d’urgence afin de rappeler aux autorités françaises leur engagement pour l’abolition universelle de la peine de mort en toutes circonstances et de mobiliser l’opinion publique sur cette question. Une conférence de presse est notamment organisée en partenariat avec le Collectif Familles Unies. ECPM continue de porter cette campagne puisqu’à ce jour, les 11 Français font toujours l’objet d’une condamnation à mort en Irak.