Congrès africain à Abidjan : retour sur les actions Éduquer !


17 mai 2018

Plus d'un mois s'est maintenant écoulé depuis que le Congrès africain contre la peine de mort s’est achevé à Abidjan. Le temps de faire le bilan sur cet événement qui fut une vraie réussite pour toute l’équipe d’Ensemble contre la peine de mort et pour le mouvement abolitionniste en Afrique.

À commencer par un retour sur les succès du projet « Éduquer à l’abolition » lors du Congrès ! Créé en 2009 en vue de sensibiliser les jeunes à la question de la peine de mort, ce programme au cœur de la mission d’ECPM a été déployé durant cet incroyable évènement à travers plusieurs actions : des interventions scolaires en marge du Congrès, des ateliers d’écriture et de chant clôturé par une performance de slam lors de la cérémonie d'ouverture, l’exposition de la 3ème édition du Concours international « Dessine-moi l’abolition » sur les lieux du congrès et, parmi les débats, l’atelier « Mobiliser la jeunesse ».


Un vaste programme que nous vous proposons de (re)découvrir plus en détails et en images !



Des interventions scolaires auprès des élèves d’Abidjan…

Chaque année, l’équipe du programme Éduquer organise régulièrement en France des interventions en milieu scolaire aux côtés de témoins afin de sensibiliser les jeunes à l’abolition. Le Congrès africain a été l’occasion d’exporter cette action auprès des jeunes ivoiriens. Charlène Martin, chargée de projet Éducation, s’est ainsi rendue dans quatre établissements de la ville d’Abidjan accompagnée de Susan Kigula, jeune femme ougandaise et ex-condamnée à mort devenue dans son pays un véritable symbole de la lutte contre la peine capitale.

Ensemble, elles sont allées les 5, 6 et 10 avril à la rencontre de 15 jeunes filles en 1ère littéraire au Lycée Mermoz, de 67 terminales du Lycée Jules Verne, de 36 élèves de 5ème du Collège Cours Sévigné ainsi que d’une centaine de jeunes filles en terminale au Lycée Sainte Marie. À travers une présentation des principaux enjeux par Charlène et le témoignage personnel de Susan, tous ont été amenés à réfléchir à la thématique de la peine de mort, exprimer leur avis et poser leurs questions. Lors de deux de ces interventions, nous avons également pu compter sur la participation de Paul Angaman, président de la Fédération internationale de l’action des chrétiens pour l’abolition de la torture et de la peine de mort (FIACAT), qui a pu éclairer les élèves sur la situation de la peine capitale en Afrique.

Nous tenons à remercier l’ensemble des équipes pédagogiques des quatre établissements qui nous ont ouvert leurs portes, et tout particulièrement : Monsieur Rousset, Monsieur Olivier, Madame Koné et Madame Maniak.

 



 

 

 

 

 

 

 

 

 

Slam des jeunes ivoiriens contre la peine de mort…
« Que c’est cruel !
Que c’est criminel !
Que c’est inhumain, de recourir à la peine de mort.
Autorités, d’ici et d’ailleurs
Luttons tous ensemble
Afin d’abolir sur toute la terre la peine de mort »

Voici le refrain entonné par sept jeunes ivoiriens face à une salle conquise lors de la Cérémonie d’ouverture du Congrès, en présence de personnalités de haut niveau dont plusieurs ministres africains. Pour arriver à ce résultat original et émouvant, ces cinq élèves du Lycée Moderne de Cocody et deux jeunes de la Fondation Naumann en Côte d’Ivoire ont suivi des ateliers d’écriture, de diction et de chant sous la supervision du slameur Bee Joe, président du collectif ivoirien Au Nom du Slam. Ensemble, ils ont rédigé un texte engagé contre la peine de mort retraçant l’histoire de Susan, qui les a accompagnés au chant en anglais lors de leur performance en ouverture du Congrès – elle-même très investie dans la chorale de sa prison lorsqu’elle était dans les couloirs de la mort. « Tout le monde nous félicite à l’école ici parce qu’ils ont vu les enfants au journal télévisé de 20H » s’est réjoui Madame Guei, enseignante au Lycée Moderne de Cocody, au lendemain de la Cérémonie.
« Aucune compensation ne vaut mes seize, mes seize années d’emprisonnement
Cependant je suis heureuse de pouvoir sentir sur moi les rayons du soleil
Heureuse de prendre un nouveau départ
Heureuse de revoir ma fille qui est mon rempart
Moi Suzanne Kigula
Heureuse de faire désormais de la peine de mort mon combat »

 

 

 

Exposition « Dessine-moi l’abolition »…

Sur les grilles de l’entrée du CRRAE, les congressistes ont pu voir exposée la 3ème édition du Concours « Dessine-moi l’abolition » durant les deux journées de débats. Ce concours invitait des élèves entre 12 et 18 ans du monde entier à réaliser une affiche contre la peine de mort à l’occasion de la Journée mondiale du 10 octobre 2016. Des jeunes provenant de 12 pays et 4 continents différents ont participé au concours. Les 50 meilleurs dessins sélectionnés ont été affichés en grand format pour l’occasion. Afin de valoriser cet engagement des jeunes, un catalogue avait été publié et il a été distribué à l’ensemble des participants du Congrès ainsi qu’aux jeunes rencontrés lors des interventions scolaires. Par ailleurs, des affiches ont déjà été réalisées par des jeunes du Lycée Jules Verne d’Abidjan en vue de participer à la prochaine édition du Concours qui sera officiellement lancée le 10 octobre 2018.

 

  

 

Un atelier « Mobiliser la jeunesse » au programme des débats…

Durant les deux journées de débats, les congressistes ont pu assister à un large éventail de tables-rondes, réunions et ateliers sur le thème de la peine de mort… dont un atelier intitulé « Mobiliser la jeunesse » et modéré par Charlène Martin de l’équipe Éduquer d’ECPM. Comment mobiliser les jeunes pour encourager une évolution des mentalités sur la question de la peine de mort ? C’est à cette question que cet atelier entendait répondre en proposant différents moyens d’actions pour inciter l’engagement des jeunes en faveur de l’abolition universelle.

Pour cela, Charlène a présenté aux 80 participants présents la pédagogie développée par ECPM. Parmi les autres intervenants, Suzanne Mogomba, coordinatrice au sein de l’association Culture pour la Paix et la Justice, a partagé ses retours sur le lancement du concours « Dessine-moi l’abolition » en République Démocratique du Congo. Enfin, Susan Kigula et Ndume Olatushani, ex-condamné à mort américain libéré après 28 ans passés dans les couloirs de la mort, ont évoqué leur expérience de témoignage auprès de jeunes.